Or éthique | Bijoux équitables et joaillerie responsable pour un mariage écologique




De plus en plus de futurs marié.e.s souhaitent organiser un mariage éco-responsable, en phase avec leurs valeurs. Cette volonté s’étend à tous les sujets, du choix du lieu au repas, en passant par le logement, le.s costumes et/ou robe.s, sans oublier le choix de la bague de fiançailles et des alliances.

Depuis quelques années, différentes alternatives émergent, notamment au sujet de l’or. Recyclé, Éthique, Fairmined ou Fairtrade, ces possibilités offrent de nouveaux choix au consommateur qui souhaite consommer autrement.

Comment choisir son alliance pour un mariage éthique ? 

L’alliance de mariage est bien souvent associée à un métal pour le moins sulfureux : l’or

je parle bien sur des conséquences environnementales de son extraction, de son impact sur l’écosystème et des conditions de travail des mineurs de ce précieux minerai.

Des thèmes qui ne peuvent échapper aux futures marié.e.s à la conscience éco-responsable comme Margot et Valentin qui préparent leur future union.


Tout est (presque) prêt !

La robe de mariée en tissu écologique, les faire-part en papier recyclé, le traiteur local qui a concocté un repas bio, et comme nos futurs mariés ne laissent rien au hasard, ils ont même fait appel à une agence d'organisation de mariages ou wedding planner éco-responsables. 

Il est vrai que les mariages écolo ou Green Wedding ont le vent en poupe aujourd’hui, il y a même un festival qui lui est consacré Ouidingfestival 





Oui mais !

Pour en revenir au choix des alliances en or éthique, Margot et Valentin ont bien essayé d’y voir plus clair sur le sujet, mais entre or recyclé, or responsable, or durable, or équitable et or éthique, difficile de s’y retrouver !

Ils se sont aussi posé beaucoup de question !   Pourquoi ne pas utiliser de l’or extrait de manière conventionnelle ? Quels labels  pour une joaillerie éthique ? Qu’est que l’or Fairmined ? qu’entend on par Or recyclé ? Quel délai pour une bague ou une alliance en or éthique ?  Quels modèles choisir ?

Je vais donc tenter de vous éclairer sur le sujet.

Pour cela je me suis fait aider de Guillaume, CEO de la start up bretonne Breidal une joaillerie éthique en ligne qui propose des bijoux modernes et intemporels, en or recyclé (en France), avec des diamants certifiés processus de Kimberley.

" Nous sommes fiers de notre atelier breton qui, chaque jour, produit de beaux bijoux fabriqués à la main, pour les grands moments de la vie de nos clients."


Demande en mariage, anniversaire, naissance, diplôme, tout autant de moments de bonheur où Breidal les accompagne. 


Pourquoi ne pas utiliser de l’or extrait de manière conventionnelle ? 


L’or, lorsqu’il est extrait de manière conventionnelle, pose problème, tant sur le plan environnemental que social. Les conditions de travail sont souvent très mauvaises, de nombreuses maladies sont développées par les mineurs.

Son impact environnemental est également très fort. Les mines défigurent le paysage de manière durable, appauvrissent les sols, sans parler du cyanure et du mercure (pour ne citer qu’eux) qui sont utilisés pour séparer l’or fin des autres matières.

Il faut savoir qu’en moyenne l’extraction de 20 grammes d’or nécessite d’utiliser 50 000 litres d’eau, 150 litres d’essence et 18 kg d’oxyde de souffre, ce qui représente 415 kg de CO2.

Ajoutons à cela le transport pour acheminer les minerais des 4 coins de la planète par avion ou par bateau jusqu’à leur lieu de façonnage et de commercialisation, de quoi faire flamber la facture carbone !.
C’est face à ce constat alarmant que de nouvelles approches ont émergé.



Des labels pour une joaillerie plus éthique ? 


À l’heure actuelle, il n’y a pas de label global certifiant toute une chaîne de valeur dans la joaillerie, c’est à chaque joaillier de créer sa propre démarche éthique qui peut différer selon ses valeurs et l'approche sociale ou environnementale qu'il souhaite mettre en avant pour une joaillerie plus responsable.

Pour l’or, certains professionnels vont par exemple se tourner vers des labels comme FairMined, Fairtrade ou encore ConflictFree, d’autres opterons pour l’or recyclé.


Photo - Marie Chabrol - https://legemmologue.com

L’autre “matière première” utilisée dans la joaillerie est la pierre. De nombreux scandales ont éclaté sur le sujet. Vous avez peut-être déjà entendu parler des diamants de sang, ou vu le film Blood Diamond. Depuis, des actions ont été entreprises, et notamment le processus de Kimberley, qui certifie que les diamants ne proviennent pas de zones de conflit. On est cependant loin d’un label parfait, et de nombreux progrès sont à faire sur la transparence, la traçabilité et les conditions de travail des mineurs.

Récemment dans la joaillerie sont également apparus les diamants synthétiques. Au-delà des arguments commerciaux de leurs revendeurs comme étant l’alternative éthique et écologique, leur traçabilité reste pourtant encore extrêmement floue, tout comme l’impact environnemental de leur production (le premier fabricant de diamant de synthèse est la Chine, dont l’industrie tourne encore très largement au charbon et autres énergies fossiles).

Zoom sur le principal label d’or éthique : FairMined 



L’or Fairmined est un label d’or éthique. Ce label garantit notamment de meilleures conditions de travail pour les mineurs, ainsi qu’un juste prix d’achat, de la même manière que le commerce équitable peut le faire sur des produits comme le cacao ou le café.
Il traite également la problématique du travail des enfants et du travail forcé, et incite (sans les y obliger) les mines à utiliser moins de produits chimiques.






Cependant, cela reste une demande d’extraction supplémentaire, avec les mêmes problématiques environnementales d’excavation des sols, d’usages de produits chimiques, de gestion des déchets et rebuts miniers et de transport des matières vers nos contrées occidentales. 

Il  existe d’autres labels, comme le Fairtrade, porté par la célèbre ONG Max Havelaar.




Zoom sur l’or recyclé 

Chez Breidal, nous avons choisi de travailler avec de l’or recyclé, issu des rebuts des ateliers de joaillerie. Ils sont triés et traités pour en extraire l’or pur à 100%, un or fin à 24k.
Cet or est récupéré et refondu par notre affineur (il en existe d’autre, qui peuvent travailler avec des déchets industriels ou des bijoux et autres objets en or issu des comptoirs de rachat d’or), qui attestent de la provenance de cette matière essentielle à nos bijoux.

L’or recyclé est exactement le même que celui extrait, à ceci près qu’il s’offre une seconde vie (et même bien plus, puisque l’or se recycle à l’infini) plus respectueuse de l’environnement. Et le bonus : en revalorisant cet or en France, cela permet de garantir des emplois locaux et de limiter le transport et son impact environnemental. 

Cet or pur, qui est trop mou pour être travaillé en joaillerie, est ensuite mélangé à différent métaux afin de devenir l’alliage que nous souhaitons, que ce soit de l’or jaune, blanc ou encore rose (toujours en 18k). Nous le récupérons en plaques, en fils ou en grenailles (toutes petites billes). C’est ensuite le travail du joaillier d’en faire un tout nouveau bijou ! 




Combien de temps pour une réalisation ? 

Même en ligne, nous sommes avant tout joaillier et surtout artisan ! Tous nos produits sont fabriqués à la main dans notre atelier breton, alors les jolies choses prennent un peu de temps. Nous garantissons à tous nos clients de faire partir leur bijou de notre atelier au plus tard 30 jours après la validation de leur projet.
Entre temps, il y a toutes les étapes de création du bijou, de sertissage des pierres, de polissage, de gravure avant l’envoi au client. Une véritable aventure pour le bijou avant d’être porté ! 

Les modèles plébiscités par nos clients 


Que ce soit en terme d’alliances ou de bagues de fiançailles, et malgré les tendances, il y a des valeurs sûres en joaillerie, et c’est d’ailleurs notre parti pris.


Concernant les pierres, c’est évidemment le diamant qui remporte tous les suffrages. Préciosité, éclat, dureté, promesse d’un amour fidèle et éternel, il met tout le monde d’accord. C’est le chouchou de la Contemporaine, notre solitaire en or blanc (ou jaune ou rose) qui est LA bague de fiançailles la plus demandée. Diamant plus ou moins volumineux, accompagné ou non d’autres diamants sur le corps de la bague, il s’adapte à tous, et fait toujours son petit effet. 


Pour ce qui est des alliances, les hommes optent souvent pour un ruban moderne en or blanc, notre modèle le Contemporain, ou plus classiquement un demi-jonc le Parisien, en or jaune. Pour ces dames, c’est moins tranché. Il y a celles qui souhaitent un demi-jonc simple, comme notre Parisienne, et celles qui craquent pour les diamants de l’Éternelle ou de la Rosée. 


Cela dit tous nos modèles sont personnalisables, en couleur, en épaisseur et en taille de diamant. 




Merci à Guillaume pour son intervention et ses précieux conseils et éclairages qui , je l’espère vous aiderons a bien choisir la future bague ou alliance en or pour votre mariage.




Breidal, qui sommes-nous ?


Joaillier engagé, nous voulons faire bouger les choses en proposant nos bijoux de qualité au prix juste, en réduisant le nombre d’intermédiaires. Trouver des solutions, les tester, les valider, voilà notre travail pour une joaillerie éthique, plus respectueuse de l’environnement et des Hommes.

Autre élément clé : nos bijoux sont créés pour durer toute une vie. Car une démarche durable et éthique, c’est aussi s’engager sur du long terme en allongeant la durée de vie de nos créations.

RDV sur Breidal : Joaillerie éthique, fabriquée à la main en France

Pour aller plus loin 




Dossier en cours de préparation : 

Quelle différence entre Or recyclé, responsable, Durable, éthique et équitable ?



Interview sur la Joaillerie Ethique

Un Podcast qui nous plonge dans l’univers de la Joaillerie et nous raconte comment les DNVB veulent révolutionner le marché par une approche durable. 


Interview de Viviane Lipskier, fondatrice de brandAlchimy, une agence de conseil qui accompagne les marques dans leur business model à repenser. Elle est aussi l’experte DNVB en France et a récemment écrit un livre a ce sujet « DNVB: Les surdouées du commerce digital (digitally natives vertical brands) » 

Elle est interrogée par Adrien Garcia, fondateur de « Entreprendre dans la mode », News & Analysis,  le podcast des entrepreneurs et des acteurs de la mode






Donnez votre avis

Attention : le HTML n’est pas transcrit !
    Mauvais           Bon

Sur le même sujet

Aucun sujet associé pour le moment